303 Décors de fêtes

Juillet 2022, la revue 303, numéro 171, 96 pages, présente différentes rubriques sous le titre « Décors de fêtes ».

Parmi ces fêtes, une évocation des défilés fleuris de Saumur, une étude menée par Véronique Flandrin, attachée de conservation du patrimoine.

Pour en savoir davantage sur cette revue trimestrielle,

LIENS :

1971

Édition du 24 mai 2022

Pour accéder à la page 1971, cliquez sur le titre ci-dessous:

Le défilé fleuri des 19, 20 et 21 juin 1971 «Les Belles» / La Foire-exposition / le pont Cessart => Contexte, récit, anecdotes…

1971 marque le début d’un renouveau pour la foire-exposition et le défilé fleuri de Saumur. En mai, une structure métallique toute neuve encadre l’entrée de la foire, ce qui lui donne un cachet contemporain et témoigne de son dynamisme. Elle est aux couleurs du comité des fêtes: jaune et bleue.

Quelques semaines plus tard, le défilé fleuri, sur les thème des Belles, allait démontrer que cette fête saumuroise avait retrouvé toute sa vivacité colorée. Si le défilé fleuri de 1970 avait connu des difficultés, aucun souci en 1971, pas besoin d’ajouter des chars invités : des chars saumurois plus nombreux avec le retour du comité de quartier Portail-Louis à part entière (le premier char depuis 1953), du comité des Ponts et celui de Saint-Hilaire Saint-Florent.

La construction d’un pont provisoire et parallèle au pont Cessart, toujours boiteux, permettait désormais que le défilé fleuri reprenne toute son ampleur en partant des quartiers de la Gare et de la Croix-Verte, et en y retournant le lundi. 

En ce début d’été 1971, ce défilé fleuri apportait aux Saumuroises et Saumurois, ainsi qu’à toutes les spectatrices et spectateurs, venus parfois de loin, une grande bouffée d’air frais revigorant. 

Il confirmait aussi les liens indéfectibles entre les carnavaliers de Cholet, le comité des fêtes de Saumur et tous les bénévoles des quartiers et communes proches, qui offraient ainsi une fête gratuite de grande qualité, inscrite désormais dans notre patrimoine saumurois.

Lien : LE DÉFILÉ FLEURI 1971

Vidéos Géants 2004

Edition du 20 avril 2022

Deux vidéos pour revivre le festival des Géants 2004

Les derniers jours de juin 2004 rayonnaient d’un soleil estival et festif pour accueillir l’ensemble des actrices et des acteurs, spectatrices et spectateurs du Festival des Géants et des Masques que le Comité des fêtes a placé sous le signe des bandes dessinées et des dessins animés, un spectacle très différent du défilé fleuri de l’année 1977 sur le thème des bandes dessinées. 

Le public s’est principalement concentré dans le centre-ville, de la rue Saint-Nicolas à la rue d’Orléans en passant par la rue Beaurepaire où se trouve alors le bureau du Comité des fêtes, un endroit apprécié des participants, parce qu’il permet de faire une pause pour se désaltérer.

La vidéos ici présentées sont totalement inédites. Évidemment la qualité n’est pas idéale puisqu’il s’agit de la numérisation d’une cassette VHS. Les titres ajoutés permettent d’identifier musiques, groupes, géants et chars.

La première partie dure 16 minutes, la seconde 18 minutes, largement le temps de retrouver toute l’ambiance de ce festival toujours ouvert sur l’Europe et davantage encore… 

LIEN DE LA PAGE: VIDÉOS FESTIVAL DES GÉANTS ET DES MASQUES 2004

Rencontre JCE Carnavaliers

Les Jeunes Chambres économiques de Maine-et-Loire et les Carnavaliers de Cholet

Pour la première fois depuis trois ans, jeudi 14 avril 2022, les trois jeunes Chambres économiques de Maine-et-Loire (JCE), Angers, Cholet et Saumur, ont tenu leur assemblée dans la salle de réunion de l’atelier des carnavaliers de Cholet.

Puis les jeunes entreprenants dynamiques ont parcouru la longue allée des chars presque terminés pour le prochain 103e carnaval de Cholet, les 1er et 7 mai 2022 et pu s’entretenir avec les carnavaliers bénévoles, acteurs de la fête.

À l’issue de ce parcours, La Grande Aventure des Carnavaliers de Cholet, livre écrit par Christian Percereau (2016), leur a été offert.

1970

Édition du 1er avril 2022

Pour accéder à la page 1970, cliquez sur le titre ci-dessous:

Le défilé fleuri des 20, 21 et 22 juin 1970 « Succès d’antan, tubes d’aujourd’hui » => 67 pages format JPEG -> Contexte, récit, anecdotes, 80 photos.

Dans la mémoire collective française, 1970 évoque le décès du Général de Gaulle dont les obsèques eurent lieu le 12 novembre. L’engin blindé de reconnaissance, qui porta le Général de sa résidence la Boisserie à l’église de Colombey-les-deux-Églises se trouve au Musée des blindés de Saumur.

 Alors que l’aspect de Saumur se modifiait : embellissement du théâtre et du château, création du quartier du Chemin Vert, 1970 devait aussi rester dans la mémoire saumuroise, mais pour d’autres causes. 

D’abord, cette coupure en deux de la ville, pénalisante pour l’économie locale depuis novembre 1968. L’attente d’une restauration du pont Cessart se prolongeait.

La menace pesait toujours sur la ville du cheval d’en retirer le Cadre Noir pour le transférer à Fontainebleau.

Pour compléter le tout, au printemps, le tournage d’un film, qui devait sublimer l’héroïsme des Cadets de Saumur en 1940, vira au vinaigre et empoisonna un climat déjà bien alourdi.

Malgré le soleil et la douceur de juin, le défilé fleuri allait, lui aussi, subir les conséquences de cette mauvaise passe. 

Avec deux de leurs chars de l’année, les Macairoises et Macairois complétaient le défilé fleuri de Saumur. Pourtant, rien n’étant écrit d’avance, il advint que l’un de ces deux chars ne fut pas de la fête et se retrouva bien seul, sur une place où les chars blindés étaient plus probables que des chars fleuris.

En 1970, malgré le thème retenu par le Comité des fêtes, Les succès d’antan l’emportèrent sur les tubes d’aujourd’hui, mais il restait toujours la possibilité d’allumer son transistor au retour du défilé pour ajouter un peu de rock à ces jours de fête de juin 1970.

Lien : LE DÉFILÉ FLEURI 1970

2015 Parmi les invités : l’Ukraine

C’était les 4 et 5 juillet 2015. Le Festival de Musiques militaires de Saumur accueillait la nation ukrainienne représentée par l’0rchestre de la Police et le Corps de ballet Ouspeck de Khmelnitsky. Les Saumuroises et Saumurois, tous les fidèles du Festival de Musiques Militaires se souviennent de la qualité et de l’entrain de cette prestigieuse formation musicale et de ce corps de ballet qui furent longuement applaudis.

Malheureusement, l’Ukraine est aujourd’hui sous le joug de la guerre, et vit au quotidien dans la tristesse, le désarroi le deuil et l’incertitude. Mais la nation ukrainienne fait preuve d’un courage exceptionnel que nous ne pouvons qu’admirer.

Retour sur ces moments inoubliables des Ukrainiennes et Ukrainiens de Khmelnitsky à Saumur en 2015…

2010 Géants et Masques en vidéo

Édition du 16 mars 2022

Pour accéder à la page Vidéo 27 juin 2010, cliquez sur le titre ci-dessous (lien):

Festival des Géants et des Masques de Saumur en vidéo 27 juin 2010

Le 13 décembre 2009, Claude Hamelin, concepteur de chars et de géants depuis les années 50, quittait ce monde laissant le comité des fêtes de Saumur et les comités de quartiers quelque peu orphelins. De génération en génération, il était devenu à la fois le père, le conseiller, le maître d’œuvre inspiré, mais discret, des fêtes saumuroises.

Cf Sur les Pas des Géants

Il fallait que le spectacle continue. 

Le Festival des Géants et des Masques du 27 juin 2010 lui rendrait donc hommage à sa façon: avec ses géants et ses chars fleuris pour lesquels il avait manifesté tant d’attachement.

Cependant, les créateurs saumurois de talent ne manquaient pas, chacun avec leur style, ce qui laissait augurer la certitude de toujours découvrir de nouveaux chars et de nouveaux géants nés dans  les ateliers de Bagneux et de la Rompure.

D’un Géant saumurois à l’Autre

Édition du 3 mars 2022

Cliquez sur le texte en bleu ci-dessous pour accéder à la page:

1992 2018 De Blanche-Neige à Yolande d’Aragon / De Gargantua au Roi René / De Rio à Tahiti -> 55 pages -> Plans, maquettes, photos, Récits.

Le recyclage n’est pas seulement l’affaire et l’apanage de spécialistes et d’entreprises adéquates, c’est aussi une pratique utile (voire nécessaire) dans le monde du carnaval et des corsos fleuris. Depuis le début des années 1990, l’augmentation des prix des matières premières a imposé une rationalisation des moyens mis en œuvre dans la construction des chars.

À Saumur, le nombre insuffisant des bénévoles s’est ajouté aux problèmes matériels qui, eux, sont les mêmes partout. Il a donc fallu se résoudre à composer avec ces impératifs humains et matériels. D’où l’idée de modifier des géants et des chars sans tout reprendre à zéro.

De 1992 à 2018, géants et chars saumurois ont connu, pour quelques uns d’entre eux, ces mutations telles qu’elles sont rapportées dans les pages qui suivent.

Dans les archives du Comité des fêtes de Saumur, rares sont les photos de la construction des chars des défilés fleuris. En ce qui concerne la période des Géants jusqu’à la Grande Parade, des photos sont heureusement disponibles.

Ici présentées, le plus souvent inédites, ces photos constituent de précieux témoignages du labeur enjoué de tous ces bénévoles qui ont donné de leur temps sans compter. Comme leurs prédécesseurs, ils ont servi une culture populaire à la fois brillante et éphémère, à la manière des réalisations patiemment sculptées par des artistes dans le sable de la mer, mais que la première vague emporte.

2022 DATES À RETENIR

1969

Édition du 10 février 2022

Lien pour accéder à la page 1969, cliquez sur le titre ci-dessous:

Le défilé fleuri des 21, 22 et 23 juin 1969 « Les Plaisirs » / La Foire-exposition 1969 => 59 pages format JPEG – > Récit, anecdotes, 73 photos

De 1959 à 1969

En 1959, le Comité des fêtes invitait Saumurois et Saumuroises et tous les visiteurs du défilé fleuri à la « grande tablée » des plaisirs de la table.

Un invité, qui n’était pas le bienvenu, vint alors se joindre aux convives : l’orage. De fait, le défilé fleuri 1959 fut bien arrosé à tel point que les chars, le lendemain, avaient la gueule de bois et, pour la plupart d’entre eux, se traînaient péniblement dans les rues saumuroises.

Pour 1968, le Comité des fêtes avait décidé, cette fois-ci, de s’ouvrir à tous les plaisirs. Mais les aléas de l’Histoire firent en sorte que les plaisirs furent rangés dans les placards bien avant l’été.

1969 : Le hasard voulut donc que dix ans après les plaisirs de la table, le défilé fleuri allait s’offrir des plaisirs de toutes sortes, des plaisirs de la voile au plaisir de lire des bandes dessinées.

Le plaisir était cependant tronqué. En juin 1969, la ville subissait toujours le poids de ses deux ponts Bailey dressés pour longtemps sur le pont Cessart depuis ce jour néfaste du 21 novembre 1968. Les chars ne pouvaient donc pas partir de la Croix-Verte, ce qui ne s’était jamais produit, même pendant la construction du pont des Cadets.

Et comme en 1959, il était dit que l’indésirable invité serait de nouveau de la partie. Si le défilé du dimanche après-midi fut épargné par la pluie, les parapluies s’alignèrent le dimanche soir et le lundi sur les trottoirs pour accueillir musiques, groupes et chars. De plus, il faisait frais, très frais pour ce début d’été 1969.

Lien : LE DÉFILÉ FLEURI 1969

1968

Édition du 20 janvier 2022

Cliquez sur ce Lien pour accéder à la page 1968

1968. Cette année-là s’inscrit parmi les dates mémorables du vingtième siècle. Impossible de l’évoquer sans faire référence à son mois de mai. À Saumur, le moment fort fut le 21 mai.

Cependant, en 1968 à Saumur, une autre date allait bouleverser la vie sociale et l’économie locale: le 21 novembre.

Le 24 mars 1968, le carnaval de Cholet avait fêté le printemps sans restrictions. Les carnavaliers ironisaient sur le thème de la T.V.A. (impôt institué par la loi du 10 avril 1954). Sylvain et Sylvette, l’œuvre de Maurice Cuvillier puis de Jean-Louis Pesch (à partir de 1959) étaient à l’honneur.  Les petits amis de la forêt promettaient une année réjouissante et festive! À Saumur,  tout aussi guilleret, le Comité des fêtes avait choisi d’illustrer les plaisirs…

Les semaines ont passé… Mais pas de défilé fleuri dans les annales saumuroises.

Pourtant la belle machine, bien huilée depuis deux décennies, était en marche. Le Comité des fêtes avait fait placarder ses affiches dès la mi-avril. Et puis soudain, plus rien.

Le récit de cette année saumuroise pas comme les autres, 10 pages format JPEG => De la gêne et pas de plaisirs…